Les soirées de La Ruche qui dit Oui!

Contre le linky !

Conférence autour du nouveau compteur communiquant, jardin de Baugnac.

Contre le linky ?

Alors êtes-vous contre le linky ?  Beaucoup d’articles sont publiés dans la presse papier ou sur la toile qui reprennent les arguments du « contre ». Quelles sont les véritables oppositions ? Est-ce vraiment justifié ?

Quels points d’échauffement contre le linky ?

  • Technique : incendie, pannes des objets domestique. Quelques exemples existent et lorsqu’on joue avec le feu, on se brûle…

 

  • Imposé à marche forcée. L’installation linky aussi est un problème. Il n’est pas possible de refuser le linky sans ouvrir un conflit. Conflit de particuliers et de petites collectivités qui se retrouvent face à une série d’intermédiaires et sous traitant qui prennent les coups à la place du donneur d’ordre. La communication d’Enedys sur le linky est-elle choquante ? Alors qu’il faudrait impliquer les usagers encore plus, ils sont pris de haut, sans pédagogie technique. On est toujours dans le complexe de la tribu des « sachants » méprisant le grand public.

 

  • Capture des données. On a observé les premiers tests de déploiement de linky sur Issy les Moulineaux, ils communiquaient en clair, sans cryptage. Comment un tel projet peut-être aussi peut préparé aux réseaux modernes.

 

  • Porte d’entrée déguisée vers les objets connectés (IOT). Les premières versions du linky qui ont été déployées ne disposaient pas du bornier permettant la lecture de la charge courante qu’on trouvait pourtant sur tous les compteurs électroniques non connectés auparavant. Est-ce une illustration d’un défaut de désir de communiquer à l’usager les informations que le gestionnaire de réseau pourtant lui veut collecter ? Bien que cela lui soit  imposé depuis 2016 par la loi de transition énergétique. Aujourd’hui, le bornier existe de nouveau. On peut y brancher sa domotique. On peut grâce à cela faire soi-même le calcul de la courbe de charge qui permet d’identifier les manières de consommer de chaque équipement électrique chez l’usager. La récolte des informations du linky permet à Enedys de le faire aussi.

 

  • Business des données. L’open data public reste très partiel. A qui servent les informations non publiées : pas aux autres producteurs électriques et encore moins aux usagers… Bien que les données doivent être stockées uniquement en local, pour une durée d’un an, et communiquée à des tiers uniquement avec le consentement de l’usager, on sait que Enedys aurait latitude pour y accéder et devenir opérateur privilégié. Enedys et la CNIL disent qu’il n’y a pas de collecte par défaut, mais pourtant la consultation de ces données par l’usager nécessite par l’interface utilisateur fournie par Enedys nécessite bien qu’ils y accèdent.

 

  • Mesure consommation en défaveur des utilisateurs. Dorénavant le comptage est plus précis, les sauts vers les abonnements supérieurs seraient fréquents pour éviter les disjonctions. L’usager n’a qu’une vision partielle sur son interface, et ne peut l’exploiter dans sa domotique en temps réel. Par exemple pour éviter de prendre un abonnement 12A en lissant sa consommation (couper son chauffage automatiquement au démarrage du four). Le travail d’analyse des mesures pour sortir la courbe de charge en temps réel est donc fait uniquement au service d’un opérateur, et pas de l’usager, alors qu’il est producteur de cette information. 

 

  • Gaspillage inutile. Quand ERDF, aujourd’hui Enedys a lancé le projet, la boîte est encore remplie de cette même population qu’EDF, sa maison mère. Beaucoup sortant de l’école des mines forment un réseau qui tourne en boucle entre les deux entreprises.

 

  • Energivore (émetteurs téléphoniques, serveurs, …). Il va bien falloir sécuriser les données. Les potentielles économies du consommateurs vont-elles compenser les consommations des data centers.

 

  • Les troubles du aux ondes électromagnétiques du courant porteur de ligne (la data sur la ligne électrique). Est-il un véritable problème sachant que nous sommes volontairement exposés aux nuisances comparables de notre réseau wifi domestiques et des nos téléphones portables. Sont-il tous nocifs ? Quel est le plus dangereux ?

Voici quelques arguments avancées par les personnes contre le linky.

Contre le linky, à vos agendas :

Pour y voir plus clair, nous vous proposons une soirée d’information le vendredi 18 mai à partir 19h30 pour un apéruche sous forme d’auberge espagnole. Rendez-vous compte si nous en venions au main entre les « pour » et les « contre », il vaut mieux que nous ayons fêté ça avant… Début de la soirée à 20h. Rdv : 30 route de Baougnac, lieu-dit Baugnac (GPS) 31590 Lavalette.

Tous les détail de la soirée #24 de la Ruche qui dit Oui! de Lavalette et Flourens.

Si ce sujet vous interpelle, n’hésitez pas à partager cette soirée dans votre entourage et sinon à renseigner votre participation pour des questions logistiques.

@FranckTerras

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.